Le sol : une ressource pour la vie

Rédigé par FNE70


03 septembre 2015 Non classé agriculture articles ressources naturelles sol


Le sol est l’une des ressources naturelles, avec l’eau et l’aire, le plus importantes dont nous disposons. Il résulte essentiel pour la survie de n'importe quelle espèce : les humains, les animaux et les plantes, nous tous, nous avons besoin de lui.

Il se forme grâce à la combinaison de 5 éléments: la roche-mère, la topographie, le climat, le temps et les organismes vivants. Si nous analysons sa composition, nous trouverons 4 phases : la matière inorganique, la matière organique, l’eau et l’aire.

Les sols sont la sève de notre planète et ont des fonctions très précieuses. En plus, ils hébergent un quart de la biodiversité mondiale, selon la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture.

D'après WWF, 50% de la couche supérieure du sol a disparu ces derniers 150 ans. Ceci est une perte importante, qui met en doute la capacité de la planète à produire assez d’aliments pour approvisionner la population humaine, qui augmente plus chaque jour. Mais les terrains fertiles, sont une ressource non renouvelable. « Les sols fixent du carbone, ce qui contribue à la mitigation du changement climatique »  explique Mohamed Bakarr, spécialiste senior en environnement du Fonds pour l’Environnement Mondial, FEM. « La partie la plus précieuse du sol contient beaucoup de carbone, mais à travers de l’érosion, ce carbone peut finir en forme de sédiments dans les rivières, ainsi que dissout dans l’air ».

C’est pour répondre à cette problématique, que l’ONU a nommé 2015, comme l’Année Internationale des Sols, afin de nous faire réagir, et de nous connecter à nouveau avec la terre et ses caractéristiques si importantes pour la vie.

 Les pratiques agricoles intensives représentent une des principales menaces à la vitalité des sols dû à:

Le labour : Une bonne couverture de végétation maintient la stabilité des sols, en les protégeant des inclémences du temps et en évitant que les couches supérieures, très riches en nutriments, soient emportées par l’eau et le vent. Avec chaque récolte et avant les semailles, les producteurs arrachent les plantes, ce qui laisse les sols sans protection.

L’utilisation d’engrais : Asperger les cultures avec des engrais ou les ajouter directement au sol, n’améliore pas sa qualité. Si ils ne sont pas absorbés par les plantes, les substances chimiques qu’ils contiennent, restent à la surface jusqu’à que la pluie les emportent, ce qui arrive très souvent, et qui pollue énormément les bassins.

Le changement climatique : L’agriculture génère ainsi, presque un tiers des émissions de gaz à effet de serre, en partie responsables du changement climatique. Ceci, accélère le processus de dégradation et désertification, et augmente la quantité d’énergie, d’eau et d’engrais requis pour la production d’aliments.

               La dégradation des sols ne représente pas seulement une menace à l’obtention de vivres, sinon aussi à la biodiversité et les écosystèmes régionaux. Comme conséquence, le processus de restauration est long et complexe. « Un des défis principaux, est qu’il est très coûteux d’abandonner des terrains » remarque Bakarr. « Nous encourageons les agriculteurs à continuer à cultiver la terre. Là où la vie a de forts liens avec les sols, il y a des avantages et des raisons pour investir des ressources ». Nous devons aider à maintenir la productivité du sol, avec des pratiques agricoles adéquates et correctes.

 


Les commentaires sont fermés.